News     Livres     Forum     Associations     Petites annonces     Stress et coeur   
 
 
 Maladies cardiovasculaires

  Partager


 
Publicité 
 
   

Les maladies cardio-vasculaires

L'INFARCTUS DU MYOCARDE

Définition
Quelques explications
Les symptomes
Comment faire le diagnostic?
Diagnostic de gravité et pronostic, les causes
Evolution et complications
Traitement médical
La coronarographie
Traitement par angioplastie
Traitement chirurgical
Surveillance et Conclusion


Publicité
TRAITEMENT PAR ANGIOPLASTIE ou "STENT"

Le médecin a la possibilité de réaliser une angioplastie simple, c'est-à-dire qu'il écrase la lésion présente dans l'artère du cœur (plaque d'athérome) à l'aide d'un petit ballon qu'il gonfle à une pression très élevée. Cette méthode est simple mais son inconvénient est que l'artère coronaire peut se reboucher au bout de quelques semaines ou quelques mois.

Ainsi, la deuxième possibilité consiste à réaliser au cours de l'angioplastie, la mise en place d'un ressort appelé "stent" qui permet de maintenir l'artère coronaire ouverte.

Ces techniques peuvent être réalisées en urgence ou à distance du traitement médical (quelques jours en règle générale).

1 - Description de la technique

La procédure technique de l'angioplastie est la même que celle de la coronarographie mis à part sa réalisation possible en urgence, au moment où l'infarctus se crée, et la pénétration du tuyau au-delà de l'origine de l'artère coronaire, mais jusqu'au niveau de l'obstacle responsable de l'infarctus.

- Angioplastie simple à l'aide d'un petit ballon

Une fois en face de l'obstacle, un petit ballon est mis en place sous contrôle radiologique, puis gonflé sous très forte pression (en règle générale 8 bars), durant 5 à 10 secondes. Il est ensuite dégonflé et un contrôle radiologique est effectué de manière à s'assurer que l'obstacle a disparu.

Si l'obstacle n'a pas disparu, une deuxième procédure peut alors être réalisée.

Description de la technique d'angioplastie simple à l'aide d'un ballon gonflé en regard de la zone rétrécie.

- Angioplastie avec mise en place d'un ressort ("stent")

Dans un nombre de plus en plus croissant de cas, une prothèse (ou un ressort) est mise en place dans l'artère coronaire (endoprothèse ou "stent"). Cette prothèse métallique, se présente sous la forme d'un ressort et sera placée selon la même procédure que l'angioplastie.

Le ressort est glissé au bout de la sonde et introduite dans l'artère coronaire, en face de l'obstacle, puis appliquée contre les parois de l'artère. Cette procédure est précise et demande une grande expérience de la part du cardiologue.

2 - Résultats immédiats de l'angioplastie simple avec ballonnet

Mise en place du ballon

Opacification des artères coronaires puis mise en place du guide (petit fil métallique) dans l'artère circonflexe et positionnement du ballon.

visualisation du ballon mis en place dans l'artère coronaire

Résultat juste après le retrait du ballon de l'artère coronaire

3 - Résultats immédiats de l'angioplastie avec mise en place d'une endoprothèse ou "stent"

Mise en place du "stent"

Mise en place du stent dans l'artère coronaire

Résultats après mise en place du "stent".
L'artère coronaire circonflexe est à nouveau ouverte.

4 - Résultats à distance (au bout de quelques semaines ou mois) de l'angioplastie simple ou avec "stent"

a- Angioplastie simple

Dans certains cas, l'artère qui a été dilatée par le ballonnet se rebouche, dans un délai moyen de 6 mois.

Lorsque l'artère se rebouche, les symptômes de l'angine de poitrine sont fréquemment observés, mais parfois il n'existe aucun symptôme et c'est pour cette raison que le médecin fait réaliser à son malade une épreuve d'effort.

Une nouvelle coronarographie confirme alors l'existence d'une réapparition de l'obstacle dans l'artère coronaire. Dans ce cas, une nouvelle angioplastie est réalisée associée cette fois à la mise en place d'une prothèse dans l’artère coronaire (endoprothèse ou "stent") qui maintient l'artère coronaire ouverte.

b- Angioplastie avec mise en place d'un "stent" (endoprothèse)

Rarement, la prothèse intra-coronaire (ou "stent") se bouche, juste après sa mise en place dans l'artère.

Ce phénomène est dû à l'existence d'un caillot de sang qui se forme dans la prothèse du fait d'une anomalie de la paroi de l'artère coronaire responsable de la fabrication de produits favorisant la formation des caillots. Ce caillot de sang va ainsi boucher l'artère coronaire.

Néanmoins, il peut être rapidement débouché par l'administration d'un traitement anticoagulant. Dans quelques cas, si le médecin a des doutes sur la perméabilité de l'artère coronaire, une nouvelle coronarographie est réalisée de manière à vérifier la bonne position du ressort ("stent") et à administrer éventuellement un traitement anticoagulant à son contact direct.

En règle générale, le résultat à court, moyen et long terme est très bon, le malade n'ayant plus de symptôme d'angine de poitrine.

Ces techniques ont véritablement révolutionné la prise en charge des maladies des artères du cœur depuis quelques années.

Depuis les années 2010, les techniques de conception des stents ont été améliorées par l’apparition de « stents actifs » qui ont la particularité d’avoir un taux de « rebouchage » (re-sténose) de l’artère dans le stent moins important que les « stents nus ». Ces stents sont enduits d’un produit qui évite une prolifération cellulaire excessive et contribue donc à limiter le risque de développement de tissu potentiellement responsable de la formation d’un rétrécissement dans l’artère. Ces stents sont employés dans des cas particuliers et nécessitent par la suite la poursuite de l’aspirine associée à un autre traitement anti-aggrégant plaquettaire, pour une durée minimale de 1 an.

Chers lectrices, chers lecteurs,

De manière à améliorer la prise en charge des suites de l'infarctus du myocarde, l’équipe médicale e-Cardiologie vous propose de remplir le questionnaire suivant.

Vous serez informés par e-mail de la parution des résultats de l'enquête.

Par avance, nous vous remercions de votre participation.

Vous êtes... un homme      une femme
Quel est votre âge? ans
Votre taille... cm
Votre poids... kg
Votre e-mail... (vous serez informés par e-mail de la parution des résultats de l'enquête).
Dans quel pays vivez-vous?
1 - Depuis combien de temps avez-vous eu votre infarctus du myocarde?

moins d'un an

entre 1 et 2 ans

entre 2 et 5 ans

plus de 5 ans

2 - Avez-vous ressenti des douleurs lors de votre infarctus du myocarde? oui        non
3 - Si oui, quel a été le traitement de votre infarctus du myocarde, au moment ou celui-ci est apparu?

Administration de médicaments seuls

Mise en place d’un ballonnet et/ou d’un stent pour déboucher l’artère du cœur

4 - Avez-vous bénéficié de la réalisation d’un pontage?
oui        non 
5 - Quel est votre traitement actuel?
6 - Avez-vous actuellement des douleurs dans la poitrine? oui        non
7 - La survenue d’un infarctus du myocarde a-t-elle modifié vos habitudes de vie? oui        non
8 - Si oui (plusieurs réponses possibles) :

- Vous avez pris en charge vos facteurs de risque cardiovasculaire : arrêt du tabac, surveillance rigoureuse du diabète, surveillance et prise en charge d’un taux élevé de cholestérol, réduction d’une obésité...
oui        non


- Vous avez changé votre hygiène de vie : alimentation équilibrée, pratique du sport, période de sommeil respectées...
oui        non


- La survenue de l’infarctus du myocarde a dégradé votre qualité de vie au niveau physique.
oui        non


- La survenue de l’infarctus du myocarde a dégradé votre qualité de vie au niveau psychologique.
oui        non

9 - Avez-vous déjà eu un œdème aigu pulmonaire? oui        non
Merci d'avoir participé à notre enquête!


Dernière modification de cette fiche : 01/02/2014


Publicité
 
  Autres sites santé

MangerMaigrir.fr
Maigrir sans régime.

Medinfos.com
Plus de 200 fiches
médicales en ligne.

Hypertension
Site complet sur
l'hypertension artérielle.



      © 2000 - 2014 Viviali    Contact